Accueil > Villes candidates

Communiqué de Bagneux
 

 

GRAND PRIX DE L'ENVIRONNEMENT

Catégorie : Urbanisme - Patrimoine et Développement Durable

MAISON DE LA MUSIQUE ET DE LA DANSE

 

 

FICHE DE COMMUNICATION

Le Conservatoire municipal est actuellement installé rue des Monceaux, dans des locaux disparates et peu adaptés ( deux pavillons accolés à usage initial de logement et de bureaux ), en location et sur environ 420 m2 HO.
La Municipalité a choisi en 2002 de construire sur le site du Parc Richelieu un nouvel équipement, dénommé Maison de la Musique et de la Danse, regroupant l'ensemble des activités Musique et Danse des services municipaux de la Culture et de la Jeunesse, par réutilisation et extension des locaux de l'ancienne école maternelle Etienne DOLET désaffectés depuis Septembre 2001 suite à la rénovation de l'école maternelle LANGEVIN en Centre Ville.
> Cette décision permet de constituer dans un cadre exceptionnel ( parc du XVIIè siècle de 18.000 m2 avec plusieurs arbres remarquables répertoriés à l'inventaire du Conseil Général des Hauts de Seine) un pôle culturel comprenant à proximité immédiate, la Médiathèque Louis Aragon (livraison en 1992 ) et la Maison des Arts ( livraison en 2000 ).

 

Qualité architecturale et intégration dans le site

L'équipe de maîtrise d'œuvre ( Catherine GEOFFROY et Frank ZONCA, Architectes - ETBAT, BET Structures - DGET, BET Fluides - CIAL, BET Acoustique ) désignée après concours en Septembre 2004, a adapté le programme imposé de 1.900 m2 HO environ à la configuration des lieux : démolition de l'ancien pavillon de gardien et des locaux techniques le long de la rue Dolet - rénovation de la Maison Richelieu ( bâtiment principal de l'ancienne école ) pour y incorporer les 10 salles de cours, les 2 salles de formation musicale et les bureaux administratifs - construction en souterrain d'un auditorium de 150 places ( utilisable en configuration cabaret ) et deux salles spécialisées (percussions/ batterie et Musique Assistée par Ordinateur ) - construction le long de la rue Dolet d'une salle de danse de 110 m2 au dessus d'un accueil largement vitré.

Dans la Maison Richelieu acquise en Avril 1946 par la Ville, des plafonds peints ( poutres, solives et entrevous en plâtre ou bois ) ont été mis à jour sur la totalité du 1er étage du bâtiment ( sauf les deux petites ailes sud rapportées ). Le décor qui présente en alternance des fruits et des fleurs disposés dans des cartouches, accompagnés de motifs de rinceaux, permet de dater entre 1620 et 1640. la construction du bâtiment actuel par Monsieur de Bénicourt, Officier des Armées Royales, sans doute pour le compte du Cardinal de Richelieu.
La qualité du décor, en particulier dans la plus petite salle côté Ouest, et le très faible nombre de plafonds peints de ce type conservés en Ile de France, ont conduit la DRAC à inscrire le 27 Février 2006 la Maison Richelieu à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques pour les plafonds peints, mais aussi pour la toiture et les façades.

La restauration des décors des plafonds sera effectuée après livraison de l'équipement, dans chacune des pièces successivement, pour ne pas perturber son fonctionnement normal.
Les façades de la Maison Richelieu avec leurs bandeaux seront enduits d'un corps de plâtre et de chaux teinté dans la masse, en conservant au maximum l'existant. La toiture sera rénovée en tuiles petit moule type tuiles du Marais.

L'extension le long de la rue Dolet sera traitée en deux parties : d'une part, reconstruction d'un bâtiment d'un volume similaire à l'ancien pavillon de gardien avec mÉme traitement des façades et toiture que pour la Maison Richelieu ; d'autre part, une extension de facture contemporaine ( structure métallique en inox et toiture zinc ) pour le hall d'accueil entièrement vitré laissant apparaaître le parc et au-dessus la salle de danse en "suspension" avec une façade sur la rue Dolet doublée par un rideau foliacé en inox, identification forte de l'équipement.

Le parti architectural adopté par la maaîtrise d'œuvre permet ainsi de retrouver hors sol sensiblement le volume initial de l'ancienne école ( alors que la surface disponible passera de 750 m2 à 1.900 m2 ) avec une mise en valeur de la Maison Richelieu d'origine et une meilleure intégration dans le parc voisin par le parvis dallé sur l'auditorium enterré, prolongé jusqu'aux anciens Bains Douches ( réfectoire de l'école maternelle ) transformés en salle pour les arts dramatiques.

 

Démarche Haute Qualité Architecturale

La Maison de la Musique et de la Danse en cours de construction est le premier équipement réalisé par la Ville avec une démarche Haute Qualité Environnementale.
Outre l'intégration harmonieuse dans le site du parc, les nuisances réduites ( bruits, accès des véhicules de chantier ) et la gestion des déchets de chantier, un traitement particulier a été respecté pour les cibles suivantes :
Gestion de l'énergie : isolation thermique renforcée de l'enveloppe de la partie enterrée, gestion technique centralisée des équipements avec régulation en fonction de l'ambiance et de l'occupation des locaux, chauffage-ventilation-rafraîchissement par pompe à chaleur réversible dans l'auditorium et les deux salles de cours enterrés ou par centrale de traitement double flux avec variation d'air neuf dans la salle de danse, lampes basse énergie, É
Gestion de l'eau : par maîtrise de la consommation ( limiteurs de débit et temporisation sur les appareils sanitaires, mécanisme de chasse à double débit ) et récupération des eaux pluviales ( dirigées vers un bassin de stockage pour arrosage du parc voisin ).

 

Planning et estimation de l'opération

Les travaux de la Maison de la Musique et de la Danse, attribués à l'entreprise générale LEON GROSSE, sont commencés depuis Janvier 2007 pour une livraison programmée en Juin 2008 ( et fin 2009 pour la restauration des plafonds peints ). Le coût prévisionnel total est de 6.500.000 € ( dont 300.000 € pour la restauration des plafonds peints ) avec des participations attendues de la Région Ile de France ( 876.000 € ), du département des Hauts de Seine ( 343.000 € ), de l'Etat pour la restauration des plafonds peints ( 100.000 € ) et de la Communauté d'Agglomération SUD DE SEINE ( 800.000 € ) à laquelle l'équipement sera transféré après réalisation.